Pourquoi préférer les lampadaires solaires pour l’aménagement de son jardin ?

Dans le cadre d’un aménagement extérieur, il est essentiel de choisir les différents éléments qui composeront le mobilier de jardin. Au nombre de ces éléments figurent les lampadaires. En effet, l’éclairage est un détail non négligeable pour rendre cet espace aussi magnifique que possible la nuit. Pour aboutir à un rendu très esthétique, il est conseillé de déterminer les coins à éclairer et d’installer des luminaires adaptés. Les lampadaires solaires se révèlent être l’une des meilleures solutions pour réussir l’éclairage d’un salon de jardin. Découvrez dans cet article pourquoi opter pour des lampadaires solaires.

Une solution pratique et rentable

De plus en plus de propriétaires ne souhaitent plus laisser trainer des fils conducteurs au milieu du jardin ou de la terrasse. C’est une situation qui dérange aussi bon nombre d’invités. En effet, les risques de chutes sont assez élevés, notamment chez les enfants. Les lampadaires solaires se révèlent être la meilleure solution pour répondre à ces besoins. Plus de fils conducteurs, plus d’interrupteurs, plus d’installation et plus besoin de s’embêter pour le branchement de vos luminaires. Le lampadaire solaire vous offre un éclairage optimal qui se met en marche tout seul à la tombée de la nuit et s’éteint au lever du jour. En adoptant ce luminaire dans votre mobilier de jardin, vous bénéficiez d’un système pratique qui facilite votre quotidien.

Il faut savoir que l’installation des lampadaires solaires ne requiert aucune prédisposition particulière. Même si vous n’êtes pas un expert en bricolage, vous pourrez facilement poser le lampadaire solaire pour l’éclairage de votre jardin ou terrasse. Votre seule tâche sera de déterminer les endroits les mieux exposés aux rayons de soleil afin de permettre au dispositif d’emmagasiner l’énergie nécessaire pour assurer l’éclairage la nuit.

Par ailleurs, vous n’êtes plus soumis à aucun autre frais une fois que vous achetez le lampadaire solaire. Cette alternative vous permet de réaliser d’importantes économies d’argent sur l’installation et les factures d’électricité.

Un éclairage écoresponsable

L’utilisation de lampadaires autonomes ne date pas d’aujourd’hui. Toutefois, cette alternative se révèle toujours aussi surprenante. Dès lors que votre lampadaire solaire sera installé, celui-ci ne pourra fonctionner que grâce à l’énergie solaire qui est renouvelable et inépuisable. C’est sans aucun doute le dispositif idéal pour un éclairage extérieur.

Le lampadaire solaire se compose de plusieurs cellules photovoltaïques qui reçoivent et stockent l’énergie du soleil durant la journée. Le système procèdera ensuite à la conversion de cette énergie solaire en énergie électrique qui sera accumulée puis exploitée pour l’alimentation de la lampe à tombée de la nuit.

Une grande variété de lampadaires solaires esthétiques

Le marché regorge aujourd’hui d’une grande variété de luminaires pour tous les besoins des utilisateurs. L’époque des lampadaires avec des formes et des designs sans expression est révolue. Pour les lampadaires, vous disposez d’un large choix de modèles avec des formes différentes et des designs remarquables pouvant trouver leur place dans n’importe quel coin de votre terrasse ou jardin.

Si vous désirez assurer l’éclairage d’une entrée, vous avez la possibilité de poser de petites bornes sur les latérales. Les modèles en hauteur permettent de créer une ambiance tamisée dans votre espace.

En somme, les lampadaires extérieurs sont des luminaires alimentés par l’énergie solaire. Ils sont parfaitement adaptés à vos besoins en éclairage pour un espace extérieur. C’est le choix idéal lors du choix des différents éléments de votre mobilier de jardin.

Les insectes utiles au jardin, dangereux pour votre chien

Il existe de nombreux insectes qui sont utiles au jardin. Leur rôle dans le développement de vos plantes, vos fruits et vos légumes sont indéniables. Certains participent activement à la pollinisation des plantes tandis que d’autres vont vous débarrasser des nuisibles qui les détruisent. Ces insectes sont cependant potentiellement dangereux lorsque vous avez un chien qui aime se rouler dans l’herbe et dont le jardin est l’endroit préféré. Quels sont ces insectes utiles au jardin, mais dangereux pour le chien ? Réponse.

L’abeille

Le rôle de l’abeille dans la biodiversité n’est plus un secret pour personne. Les abeilles participent en effet à près de 80 % de la pollinisation des espèces végétales et contribuent ainsi à la survie, à l’évolution et à la reproduction des plantes. S’il existe plusieurs agents de pollinisation comme le vent, l’eau et la gravité, la pollinisation par l’abeille s’avère être la plus efficace. Il existe même des cas où seule la pollinisation par l’abeille est la seule solution pour préserver une espèce végétale. C’est par exemple le cas des orchidées qui ne peuvent être pollinisées que par des abeilles. Si jamais ces dernières venaient à disparaitre, cette espèce végétale n’existerait plus sur la surface de la Terre. Les abeilles permettent la reproduction des végétaux, ce qui fait qu’elles seront particulièrement utiles dans votre jardin ou votre potager. Elles sont cependant susceptibles de mettre en danger la vie du chien. Si la piqure en soi est très bien supportée par l’animal, les réactions que cela provoque peuvent s’avérer dangereuses, voire fatales à l’animal. Lorsqu’elles se sentent menacées par le chien, les abeilles sont susceptibles de piquer. Dans un premier temps, vous observerez un gonflement au niveau de la zone touchée. Le chien se mettra à se gratter avec insistance et il est aussi susceptible de gémir de douleur. Les effets de la piqure insectes sur le chien s’atténueront normalement dans les heures qui suivent, cependant, lorsque le chien est allergique, il aura des difficultés à respirer et il peut faire un choc allergique. Il faut donc l’emmener chez le vétérinaire en urgence dans ces cas-là.

La guêpe

Les guêpes envahissent les jardins lorsque les beaux jours arrivent. Ces insectes sont immédiatement associés aux piqures et sont source d’agacements. Pourtant elles ont un rôle important dans le jardin. En effet, elles luttent contre la prolifération des nuisibles. De manière concrète, les guêpes chassent les autres insectes ainsi que les parasites qui ravagent les cultures et les végétations. Dans le monde végétal, elles sont même considérées comme des prédateurs pour les insectes nuisibles. Ainsi, lorsque vous en avez dans votre jardin, la prolifération des parasites et des autres nuisibles est régulée. De nombreux agriculteurs professionnels se servent même d’elles pour éradiquer les pucerons. Certaines espèces de guêpes sont même en mesure de se débarrasser des araignées et des chenilles. Elles pondent leurs œufs à l’intérieur de ces insectes et une fois ces œufs éclos, les larves se nourrissent de leur hôte. On a également prouvé l’utilité de la guêpe dans la fabrication de vin. Effectivement, ces insectes sont capables de développer des champignons utilisés dans la production de vin appelés saccharomyces cerevisiae. Par ailleurs comme leurs cousines les abeilles, les guêpes sont en mesure de polliniser les végétaux. Cela concerne essentiellement les mâles qui récoltent le nectar de fleur et assurent le transport de grains de pollen des organes mâles vers les organes femelles des plantes. Même si la guêpe n’est pas catégorisée en tant qu’insecte pollinisateur, elle s’avère indispensable pour les figuiers. De la même manière que la piqure d’abeille, la piqure de guêpe est susceptible d’être dangereuse pour le chien. Toutefois, cela dépend de la zone piquée. Au niveau des membres, la piqure n’occasionne qu’une vive sensation de brulure qui fera couiner l’animal. Mais si elle se trouve au niveau de la tête et surtout du museau, les œdèmes seront plus importants et donc dangereux. Il faut également faire attention aux signes d’allergie comme une faiblesse généralisée ou des difficultés respiratoires. Si vous constatez ces symptômes, consultez immédiatement un vétérinaire.

3 techniques de jardinier à connaitre en premier lieu

En plus d’être une passion, jardiner est aussi un moyen d’avoir de belles plantes ainsi que de légumes frais à portée de main. A priori, cette activité semble facile. Pourtant il existe différents types de culture et de techniques pour avoir un meilleur rendu. Découvrez ci-après 3 techniques à connaître avant de commencer votre jardin.

La préparation de la terre

La création d’un potager ou d’un jardin devrait se faire sur la base de quelques critères, dont une terre pas trop utilisée ou totalement abandonnée. Un jardin ou un potager demande une terre meuble et riche en nutriments pour donner une bonne production de plantes ou de légumes. Pour cela, il faut d’abord aérer la terre en la retournant avec une pelle ou avec une grelinette afin de la rendre légère, aérée et bien drainée. En réalisant cette opération, si la terre est constituée de grosses mottes compactes, il suffit de les casser. Ensuite, la rendre meuble en ajoutant des matières organiques comme les composts, engrais verts, ou du terreau et ne pas hésiter à compléter avec du calcium proposé sous forme de chaux horticole si cela s’avère nécessaire. Ces matières permettent de rendre la terre plus friable lorsqu’il fait chaud et sec, et plus perméable quand le climat est humide. Quand la terre est prête, il faut penser à arracher les mauvaises herbes avant de passer à la prochaine étape.

La fertilisation

Après le décompactage de la terre, il faut ajouter une épaisseur de 3 à 5 cm de fumier ou de compost ou d’engrais verts en les étalant sans les enfouir. En consommant ces matières organiques, les vers de terre imprègnent la terre de grandes quantités de micro-organismes à forte teneur en azote qui sont bénéfiques à la terre. Il est possible de faire soi-même des composts à partir de déchets organiques issus de nourriture en utilisant une fosse à compost. Pour obtenir un bon engrais naturel, la fabrication de compost fait maison nécessite un certain savoir-faire, un tri précis des éléments à utiliser ainsi qu’une attention régulière.

La plantation

À la suite de la préparation de la terre et l’ajout de fumier, de compost, d’engrais vert ou de terreau, il est indispensable d’arroser abondamment la terre. Après avoir compacté la terre, il faut en rajouter jusqu’à combler le terrain. La jardinière est maintenant prête à accueillir les plantes.
Il existe plusieurs techniques de culture. L’une d’elles est la permaculture qui permet de tenir compte des écosystèmes naturels tout en permettant de produire mieux et davantage. Pour cette catégorie de culture, maîtriser la technique de jardinier est indispensable. La base de cette technique est la diversité des cultures, leur productivité naturelle et leur endurance.
Que ce soit pour une culture en jardinière ou en pots, l’action de jardiner nécessite une bonne terre, des nutriments sans oublier le désherbage, l’arrosage et le taillage pour la réussir. La diversification des cultures est également bénéfique à la terre. Elle permet de renouveler la terre et améliore ainsi la production des plantes.

Nettoyeur à haute pression : que valent les modèles sans fil ?

Au cours de l’année 2020, le marché des nettoyeurs à haute pression s’est envolé. Il a largement profité de confinements successifs et du regain d’intérêt français et mondial pour le bricolage. Cependant, il a aussi profité de récentes et nombreuses innovations qui rendent les nettoyeurs à haute pression plus accessibles. Parmi elles, il y a le nettoyeur à haute pression sans fil. Alors, que vaut-il vraiment ?

Comment fonctionne un nettoyeur à haute pression (avec ou sans fil) ?

Un nettoyeur à haute pression a besoin de deux choses : de l’eau et l’énergie suffisante pour la propulser à haute pression. La plupart des modèles de nettoyeur doivent donc être reliés au courant électrique de votre logement et à un robinet d’eau. Les nettoyeurs sans fils fonctionnent sur batterie et peuvent être utilisés avec simple seau d’eau comme réservoir.

Ils sont donc très pratiques à utiliser, mais ils ont une autonomie très limitée. Il faut souvent remplir le réservoir et recharger la batterie. Pour un nettoyage plus long et performant, tournez-vous plutôt vers des modèles classiques et utilisez le site nettoyeurhautepression.biz pour choisir le modèle qui correspond parfaitement à vos besoins et à vos moyens.

Nettoyeur à haute pression sans fil : le problème de la puissance

La question de l’autonomie est le problème le plus évident des nettoyeurs à haute pression sans fil. C’est aussi un problème que beaucoup de particuliers acceptent de gérer en échange d’un appareil plus petit, plus pratique et moins coûteux. Cependant, ce n’est pas le seul problème de ce type de nettoyeur. Celui de la puissance se pose également.

Une batterie de douze ou quinze volts ne permettra jamais d’obtenir autant de puissance qu’une prise de courant à 220 volts. C’est pour cela qu’une visseuse n’atteint jamais les performances d’une perceuse branchée sur le secteur. C’est la même chose pour les nettoyeurs à haute pression. Pour des lavages intensifs de grandes surfaces comme une terrasse, les nettoyeurs sans fil ne sont pas encore tout à fait assez performants.

Quels sont les avantages d’un nettoyeur haute pression sans fil ?

En fait, les nettoyeurs à haute pression sans fil ont de nombreux avantages. Il n’est donc pas question ici de dissuader ceux qui souhaiteraient en acheter. En revanche, il faut bien comprendre qu’un modèle sans fil ne doit pas être considéré pour les mêmes usages qu’un modèle classique.

Comme il est plus pratique, mais moins puissant, le modèle sans fil est actuellement vendu comme l’outil idéal pour nettoyer sa voiture. De fait, il a toutes les qualités nécessaires à cet usage. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit rapidement devenu très populaire.

Les plantes que les chats errants n’aimeront pas

Comment protéger votre maison, potager et autres plantes des chats errants ? Élever un chat à la maison peut être une source de joie et de bonheur, mais devoir se préoccuper de ceux des autres est par contre une vraie damnation. Ci-après quelques astuces qui les éloigneront sans danger.

Plantes répulsives pour chat

En général, les chats n’aiment pas les odeurs fortes. Parmi les plantes odorantes qu’ils détestent figurent la citronnelle, la verveine citronnelle et le coleus canina. La citronnelle dispose d’un feuillage trop rude pour eux et libère une odeur acide. La verveine citronnelle dégage également une odeur citronnée un peu acide. Quant au coleus canina, une forte odeur comme celle d’un putois émane de cette plante et les chats ne la supportent pas. Au même titre que les plantes citées ci-dessus, vous pouvez aussi choisir du géranium, du basilic, de la rue officinale et de la fraxinelle ou buisson ardent. À part les plantes dégageant de fortes odeurs, vous pouvez également opter pour des plantes épineuses ou du bois de taille.

Pour un résultat optimal

Si vous souhaitez les faire fuir définitivement, il faut chercher la source du problème. Pensez à la raison pour laquelle les chats viennent chez vous. Il se peut qu’ils soient habitués à manger des restes d’aliments dans vos poubelles. Il est également possible qu’ils aient marqué une grande partie de votre propriété par leurs phéromones et qu’ils reviennent souvent sur ce territoire qu’ils croient le leur. Ils peuvent venir chez vous aussi pour chasser des rats ou des oiseaux. Ainsi, assurez-vous que votre poubelle soit bien fermée, utilisez des mangeoires hautes perchées pour nourrir les oiseaux, appelez les services de dératisation s’il y a des rats ou des souris dans votre maison, cherchez si votre jardin comprend d’éventuels refuges ou nids pouvant leur servir d’abri et en vue d’éliminer toute trace de phéromone, utilisez des produits enzymatiques pour nettoyer en profondeur votre maison.

D’autres astuces

À part les plantes répulsives, vous avez également la possibilité d’utiliser des huiles essentielles, des agrumes, du poivre en poudre, du marc de café, du vinaigre et du papier aluminium. Les huiles essentielles sont à utiliser en petite quantité et diluées. Optez pour l’huile essentielle de citronnelle, d’agrumes ou d’eucalyptus, mais surtout pas de menthe, car beaucoup de chats l’aiment. Les agrumes sont à couper en deux et à frotter sur les endroits où les chats ont l’habitude d’aller. Cette opération doit être renouvelée tous les 3 ou 4 jours. Le poivre moulu est à répandre sur les endroits stratégiques de votre jardin. Le marc ou les grains de café sont à mettre dans vos pots de fleurs et dans votre jardin. Les chats ne supportent pas l’intensité de l’arôme du café. Vous pouvez aussi utiliser du vinaigre blanc mélangé avec de l’eau, à pulvériser sur les endroits fréquentés par les chats. Si vos clôtures de jardin sont inclinées vers l’extérieur, aucun chat ne peut y grimper. Le papier aluminium vous servira à couvrir le sol. Les chats détesteront la sensation d’inconfort qu’ils ressentiront en marchant dessus. Privilégiez ces méthodes douces pour éloigner les félins. Vous pouvez en combiner plusieurs pour plus d’efficacité.

Construire sa piscine seul, est-ce une bonne idée ?

Il y a à peine une vingtaine d’années, avoir une maison avec piscine était considéré comme un luxe réservé aux plus fortunés. Il était tout bonnement impossible de concevoir qu’une famille à revenu moyen puisse jouir d’une piscine privée.

Pourtant, c’est le cas aujourd’hui. Et pour pouvoir s’offrir une piscine dans leur propriété, certains ont trouvé une idée astucieuse : construire leur piscine eux-mêmes. Mais avant de vous lancer, considérez les bons et les mauvais côtés.

Les avantages

Le principal avantage de vous charger vous-même de la construction de votre piscine, c’est que vous réduisez considérablement vos coûts. En effet, faire appel à une équipe de construction implique de la main d’œuvre : des plombiers, des maçons, des électriciens et d’autres ouvriers qu’il aurait fallu payer par la suite. Ainsi, en effectuant vous-mêmes vos travaux, vous pouvez rayer les salaires des dépenses relatives à votre piscine.

Le second bon côté de l’auto-construction de votre piscine est qu’elle vous permet de passer du temps en famille tout au long du chantier, puisqu’à défaut d’ouvriers, il va falloir mobiliser tous vos proches. Ainsi, cela peut devenir une activité qui rapproche les membres de la famille et les amis, car pour les piscines en kit comme pour les piscines traditionnelles, les travaux peuvent durer plusieurs semaines. Après tout, c’est pour réunir les gens que vous aimez que vous vouliez cette piscine, non ?

Les inconvénients

Même si l’auto-construction d’une piscine peut sembler une alternative très attrayante, elle présente aussi de mauvais côtés. En premier lieu, dans le cas d’une piscine creusée en béton, un gros chantier est à prévoir. Ce dernier requiert des compétences qu’il va falloir maîtriser en peu de temps. Sans oublier qu’il faut continuellement contrôler les travaux effectués par vos proches, qui, avouons-le, ne sont pas tous des as de la construction, d’où la nécessité de conseils sur les travaux en tout genre par des professionnels.

Autrement, il y a de gros risques que vos travaux ne se déroulent pas correctement et que cela engendre des coûts supplémentaires imprévus. En second lieu, se charger du chantier soi-même entraîne souvent des retards dans les travaux. Sachez qu’en moyenne, une construction de piscine prise en charge par des professionnels prend six semaines au maximum, tandis que l’auto-construction peut aller jusqu’à trois mois. Demandez-vous alors si vous êtes prêts à patienter aussi longtemps pour profiter de votre piscine.

Quelques recommandations si vous décidez de vous lancer

Si, après avoir pesé le pour et le contre, vous êtes décidé à tenter l’expérience de l’auto-construction de votre piscine, voici quelques conseils indispensables: d’abord, il faut, sauf si vous optez pour une piscine en kit, que vous ou l’un de vos proches ayez au moins des compétences en terrassement, maçonnerie, plomberie et électricité pour le bon déroulement des travaux.

Ensuite, il faut que vous fassiez une déclaration de travaux et obteniez un permis de construire, selon la forme, le modèle et la taille de votre piscine, avant de débuter les travaux. Il est cependant probable que la demande à la mairie prenne du temps, pensez donc à déposer vos dossiers plusieurs mois avant le début de chantier souhaité.

Que faire en hiver pour préparer le jardin du printemps ?

En attendant que le printemps pointe le bout de son nez, réveillez d’ores et déjà votre jardin en le remettant sur pieds après les dégâts qu’il a subis durant tout l’hiver. Voici les quelques travaux préparatoires à effectuer pour que vos espaces verts soient prêts à accueillir le printemps.

Continuer la lecture de Que faire en hiver pour préparer le jardin du printemps ?